Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Yann Leray

 

L'hermétisme alchimique

Issue d'une époque où l'alchimiste œuvrait en secret, l'alchimie reste encore auréolée d'un étrange folklore pour celui qui n'opère pas au magistère. Pourtant, dès que certaines notions commencent à être assimilées, le futur alchimiste pressent que, sous des termes souvent symboliques, une extraordinaire réalité sourde dans ce grand art.

À la lecture de multiples ouvrages traitant d'alchimie, la réflexion du chercheur conduit à admettre que l'imbroglio terminologique, spécifique à la littérature alchimique, semble effectivement constituer "à dessein une épreuve initiatique et doit être considérée comme une science traditionnelle."

Les nombreux termes et expressions, dont la liste n'est pourtant pas exhaustive, démontrent suffisamment que le Grand Œuvre nécessite une étude préliminaire, un approfondissement préparatoire et... une patience à toute épreuve. En alchimie, et surtout dans cet art dont la technique se révèle parfois dangereuse, l'étude préliminaire, donc celle purement intellectuelle est primordiale.

Ce Carnet se présente comme un dictionnaire des termes hermétiques. En plus du sens littéral propre à certains termes, outre leur rapport avec le symbolisme traditionnel, la signification que ces derniers renferment, est souvent en association imagée avec des vérités chimiques. Mais tel quel, ce lexique des mots et expressions alchimiques s'avérera déjà fort utile au néophyte comme au véritable alchimiste.

 

Glossaire

A

Acide : Or philosophique dit soufre des sages.

Adepte : Alchimiste qui a réalisé la pierre philosophale ; dans ce cas-là s'écrit avec un "A" majuscule. Avec un "a" minuscule, adepte désigne le véritable alchimiste qui œuvre pour l'amour de l'art et qui a été initié au travail du fourneau. Il est exactement l'opposé du souffleur ou chercheur empirique.

Affermissement : Littéralement, action de consolider, de rendre plus consistant. En alchimie, opération par laquelle l'or jeune, l'or naissant ou nouvellement produit, reste susceptible de prendre, par contraction, la densité élevée que possède le métal adulte. C'est aussi un procédé technique de vieillissement de l'or que les archimistes appellent maturation (voir ce mot).

Agriculture céleste : Synonyme de l'art alchimique grâce à leurs analogies.

Aigle : Symbolise la sublimation chez Philalèthe. Plus généralement, il désigne l'usage des acides employés dans œuvre. Dans un texte, on doit le traduire par vapeur.

Aigle dévorant un lion : Volatilisation du fixe par le volatil.

Airain : Alliage de différents métaux dont le cuivre forme la base ; souvent de cuivre et d'étain.

Airain d'Hermès : Matière des philosophes dont le lion vert est le symbole.

Alambic : Appareil qui sert à distiller, et qui se compose d'une cucurbite, d'un chapiteau et d'un serpentin.

Alcali : (Vient de l'arabe alqilyi). Hydroxyde d'un métal alcalin, soude de potasse.

Alcali fixe : Nom donné à la soude et à la potasse, substances solides.

Alcali volatil : L'ammoniaque, solution aqueuse de gaz ammoniac.

Alchimie : Art de la transmutation des métaux, tout en se transmutant soi-même, depuis le travail sur la matière première jusqu'à l'obtention de la pierre philosophale.

Alchimiste : Personne qui travaille au laboratoire à l'élaboration de la pierre philosophale, mais qui n'y est pas encore parvenue.

Alkaëst ou alcaëst : Nom inventé par Paracelse pour désigner le dissolvant universel. Ce mot, qui paraît n'avoir aucune étymologie, s'applique judicieusement à l'élixir de santé.

Aludel : Appareil servant à effectuer des sublimations, en particulier pour purifier un composé.

Alun : Sulfate double, d'aluminium et de potassium, sel d'une saveur estreingente. Il sert à fixer les teintures et à clarifier les eaux. Principe du sel philosophique dans les minéraux.

Ammoniac : Gaz formé d'azote et d'hydrogène combinés. Le chlorure ammonique ou chlorhydrate d'ammoniac a eu le nom de sel d'ammoniac par ce qu'on le préparait autrefois dans la Libye, près du temple de Jupiter Ammon. (Voir également Armoniac)

Amour : Désigne la faculté des composés chimiques à s'unir. A noter que chez des médecins alchimistes de l'islam, l'amour est une maladie pernicieuse.

Amoureux de science : Personne initiée à l'alchimie, mais qui n'œuvre pas au laboratoire.

Androgyne, synonyme hermétique d'hermaphrodite : Surnom de la matière première qui contient les principes mâle et femelle, ou le soufre et le mercure des philosophes.

Ange : Symbolise parfois la sublimation.

Animaux de même espèce et de sexe différent : (Lion-lionne, chien-chienne, etc.), soufre et mercure préparés pour œuvre ; le mâle représente le soufre, le principe fixe, et la femelle représente le mercure, le principe volatil.

Animaux unis : Conjonction.

Animaux se combattant : Fixation du volatil ou volatilisation du fixe.

Animaux terrestres et aériens : Le fixe et le volatil.

Antimoine : Élément atomique n° 51, de densité 6,7. Ce métal est d'un blanc bleuâtre, cristallin et cassant. Après fusion à 630°, il se dilate en se solidifiant.

Antimoine des sages : Matière première extraite de la mine. Les alchimistes précisent qu'il tient du minéral et du métallique.

Antimoine minéral : Oxysulfure d'antimoine naturel, que les Grecs nommaient Stibium. (Voir également Stibine)

Apollon : Soleil.

Arbre de Diane : Voir Végétation.

Arbre de Mars : Voir Végétation.

Arbre portant des lunes : Œuvre lunaire.

Arbre portant des soleils : L'oeuvre solaire.

Arbre portant des symboles de métaux : Il s'agit de la matière unique d'où naissent tous les métaux.

Archimie : Transmutation des métaux par des voies non hermétiques.

Archimiste : Chimiste cherchant à réaliser la transmutation métallique par des voies directes ou particulières. (Voir également Particulier)

Argent vif : En général, il s'agit du mercure commun, mais parfois du mercure freingeant élaboré au cours du magistère.

Argyropée : Transmutation des métaux en argent.

Armoniac : Matière qui, au cours du Grand Œuvre, approche de la couleur blanche.

Arsenic : Dans les vieux traités, antérieurs au XVIè siècle, ce mot désigne le sel des philosophes. Il indique aussi l'or des sages, dit soufre des philosophes.

Ars magna : Le Grand Œuvre, la recherche de la Pierre philosophale.

Art : C'est-à-dire l'alchimie.

Artiste : Autre désignation de l'alchimiste.

Art royal : L'alchimie dans sa noble recherche, ou considérée dans sa phase terminale.

Art sacré : L'alchimie, en tant que voie de recherche spirituelle et mystique.

Asem : Voir Électrum.

Atalante : En alchimie, ce mot désigne l'eau mercurielle qui fuit (on sait que le mercure échappe aux doigts) et que les pommes d'or (le soufre) l'arrêtent, ou le fixe.

Athanor : Fourneau où l'on place l'œuf philosophique pendant la cuisson de la matière philosophale ; indispensable à la maturation de l'œuvre.

Athanor des philosophes (en latin : crucibulum) : Récipient en forme de tour carrée où la matière du Grand Œuvre est entretenue par le feu au moyen d'un fourneau circulaire.

Azoth : Désigne la pierre philosophale. Mot formé par les première et dernière lettres communes aux alphabets grec, hébreux et latin, et signifiant que la pierre philosophale est le principe et la fin de toutes les matières.

B

Bain : Symbole de la dissolution de l'argent et de l'or, et aussi de la purification de ces deux métaux. (Voir également Fontaine)

Bain du roi : Liquide composé de la solution du lait de vierge et du mercure philosophique dans lequel baigne la matière première arrivée au stade du rebis.

Bain-marie : Mode de cuisson, attribué à Marie, sœur de Moïse. Liquide chaud dans lequel on met un récipient contenant ce qu'on veut faire chauffer.

Bismuth ; Voir Marcassite.

C

Carbone : Un des éléments ou corps qu'on peut décomposer, abondamment répandu dans la nature, formant dans le sein de la terre des masses plus ou moins considérables, et constituant le charbon, le diamant, le bois, les tiges et les feuilles des plantes. (Voir également Charbon)

Carré : Symbolise les quatre éléments.

Cendre : En alchimie, matière des philosophes, purifiée dans le vase.

Chambre : L'œuf philosophique.

Chaos : Nom de la matière première à son stade de matière éloignée, ou indifférenciée. Symbole de la matière, de la putréfaction et de la couleur noire. Ce terme désigne aussi n'importe quelle partie de l'œuvre à tout moment.

Charbon : En alchimie, substance utilisée dans l'épreuve de la matière du Grand Œuvre.

Charbon bénit : Rudiments de l'alchimie.

Charbon marien : Rudiments de la philosophie.

Charitable : Qualifie un alchimiste qui faits des révélations véridiques ; s'oppose à envieux (voir ce mot).

Chêne : Arbre commun dont un composant du feu secret est tiré de sa cendre.

Chêne creux : Désigne, parfois, l'endroit où l'on peut trouver la pierre philosophale. Symbolise également l'athanor.

Chien : Symbolise le soufre et l'or.

Chien dévoré par un loup : Signifie la purification de l'or par l'antimoine.

Christ : Associé à la pierre philosophale.

Chrysopée : Terme scientifique de la transmutation d'un métal en or.

Cinabre : Minerai de sulfure de mercure qui a été souvent pris, et à tort peut-être, pour la matière première. Sulfite (sel de l'acide sulfureux) de mercure, de couleur rouge. Composé utilisé par les anciens alchimistes chinois dans leurs recherches de la pierre philosophale et de la pilule d'immortalité.

Circonférence : Symbole de l'unité de la matière, de l'harmonie universelle.

Circulation : Voir aux expressions Petite circulation et Grande circulation.

Cire : En alchimie, matière des sages poussée au blanc.

Compôt ou compost : Il s'agit du contenu de l'œuf philosophique.

Corbeau : Couleur noire que prend d'abord la matière de l'œuvre quand on la chauffe. Symbolise la couleur noire et la putréfaction et, par extension, toute opération alchimique donnant naissance à un corps de couleur noire. Ce terme est surtout utilisé pour décrire l'étape précédant l'opération de la pierre philosophale.

Couperose : Nom de divers sulfates de couleur blanche pour le zinc, bleue pour le cuivre et verte pour le fer.

Couronne : Symbole de la royauté chimique, de la perfection métallique (métal transmuté en or). Les métaux sont parfois représentés comme des esclaves devant le roi, c'est-à-dire Crachat de lune : Synonyme de feu secret (voir cette expression).

Creuset : Vaisseau de terre réfractaire, ou de métal (platine) de forme et de grandeur variables, mais ordinairement rétréci vers le fond, destiné à être mis au milieu du feu, pour obtenir la fusion des corps très réfractaires.

Cucurbite : Autre terme désignant l'œuf philosophique. À proprement parler, c'est la partie inférieure de la chaudière de l'alambic.

Cuivre : Métal rougeâtre, moins dur que le fer. Il était appelé "Vénus" à cause de ses tendances à s'unir avec les autres métaux. Désigne aussi la matière du Grand Œuvre à l'état noir, dite laiton (voir ce mot).

Cygne : Symbole de la blancheur qui succède à la couleur noire dans l'opération avancée du Grand Œuvre.

D

Diane : Symbolise la lune, principe femelle et volatil, ou l'argent préparé pour l'œuvre.

Diplôsis : Opération archimique qui consiste à doubler le poids d'un métal précieux par un alliage avec un métal vulgaire.

Dissolvant : Qui a la propriété de dissoudre. L'eau régale est le dissolvant de l'or.

Dissolvant universel, ou alkaëst : Sert de dissolvant pour les trois parties du magistère. Son qualificatif ne signifie nullement qu'il dissout toutes les matières.

Divin cinabre : Traduction du terme utilisé par les alchimistes chinois pour désigner l'or potable des Occidentaux. Il permet à l'Homme de prolonger son existence. Chez les taoïstes, il s'agit plutôt du symbole de l'état spirituel le plus élevé où l'Homme échappe à l'emprise du temps.

Dragon : Ce mot désigne en général le soufre des philosophes, mais en composition, il peut avoir des noms différents. En Chine, le dragon symbolise le plomb fondu.

Dragon ailé : Symbolise le principe volatil.

Dragon dans les flammes : Symbolise le feu.

Dragon écailleux : Synonyme de matière éloignée.

Dragon qui se mord la queue : Représente l'unité de la matière.

Dragon sans aile ou aptère : Symbolise le principe fixe.

Dragons  de Flamel : Un dragon ailé et un autre aptère ; ils représentent les principes volatil et fixe.

Dragons se combattant : Souvent au nombre de deux, ils indiquent la putréfaction.

E

Eau de pluie : Désigne le dissolvant naturel de l'or.

Eau forte : Nom de l'acide nitrique commun.

Eau mercuriale : Le mercure.

Eau métallique : Autre nom du mercure.

Eau régale ou eau royale : Mélange d'acides nitrique et chlorhydrique qui dissout l'or et le platine. Dissolvant artificiel de l'or.

Eau sèche : Synonyme de feu secret. Toutefois, chez certains auteurs, cette expression désigne le mercure philosophique.

Électrum : Alliage d'or et d'argent qui, dans l'Antiquité, était d'une estime particulière. Il était également appelé Asem.

Elixir de longue vie : Pierre des philosophes diluées qui guérit tous les maux. Appelé plus simplement élixir de vie.

Émeraude des philosophes : Autre nom de la rosée de mai (voir cette expression).

Enfant : Symbolise parfois la pierre philosophale, la couleur rouge.

Enfant revêtu de la pourpre royale ou enfant couronné : Désigne la pierre philosophale.

Envieux : Qualifie un alchimiste dont les renseignements sont mensongers. S'oppose à charitable (voir ce mot).

Épée : Symbolise le feu.

Ésotérisme : Tout ce qui, dans une tradition, est réservé à un petit groupe d'initiés, comme pour la pratique de l'alchimie dont certains détails de la technique sont transmis oralement.

Esprit astral : Sel obtenu grâce à l'action de la rosée de mai. Également appelé lait de vierge.

Évaporation : Littéralement, transformation lente d'un liquide en vapeur par sa surface, qui se produit à toute température. En alchimie, ce terme est synonyme de sublimation.

F

Faux ou faulx : Symbolise le feu.

Fer : Métal résistant et malléable, le plus important pour son utilisation industrielle. Élément atomique n° 26. Le fer pur ou fer doux a une densité de 7,88 et fond à 1530°C. Symboliquement associé à la planète Mars.

Ferment : Substance qui a la propriété, sous certaines influences, de développer dans des matières organiques, avec lesquelles on la met en contact, une action moléculaire d'où résultent différents produits.

Fermeture hermétique : Voir Lut.

Feu commun ou naturel : C'est le principe igné contenu dans la matière.

Feu contre nature : En alchimie, c'est le feu obtenu par le charbon, le gaz ou l'électricité.

Feu de sable : État moyen du principe constituant la lumière infra-minérale.

Feu humide : Désigne la cuisson au bain-marie.

Feu ordinaire : Feu obtenu par le charbon ou le bois.

Feu secret : Action des acides. Il est également appelé le premier agent.

Feu surnaturel : Chaleur dégagée lors des réactions entre les acides et les bases.

Fil d'Ariane : Indications permettant aux étudiants de s'y retrouver à travers le dédale des expressions philosophiques.

Fiole : Même sens que œuf philosophique.

Fixe : Partie de la matière qui n'est pas volatilisable par le feu. S'oppose donc au volatil.

Fixer : Mettre un corps volatil en état de supporter l'action du feu sans se sublimer ou se volatiliser.

Fleurs : Représentent parfois les couleurs du Grand Œuvre.

Fleur de soufre : Soufre sublimé par le feu.

Fleur de zinc : Zinc sublimé par le feu.

Floraison : Littéralement, état de la fleur développée, épanouie. En alchimie, opération finale de la coction au cours de laquelle apparaissent les couleurs du Grand Œuvre, mais après des sublimations répétées.

Fontaine : La représentation d'une fontaine, où le roi et reine viennent se baigner, signifie la naissance de la pierre philosophale. Elle symbolise à la fois la dissolution et la purification. (Voir aussi Bain)

Fourneau : Ouvrage à l'intérieur duquel l'alchimiste entretient le feu pour maintenir une température constante pendant un temps dont la durée varie suivant les opérations du magistère. Synonyme d'athanor.

G

Gnose: Connaissance salvatrice par illumination, progressive ou soudaine.

Gomme : État divers sous lequel se présente la matière du Grand Œuvre.

Grain : Matière de pierre philosophale.

Grande circulation ou opus majeur : Autres noms de l'œuvre ou de la voie métallique.

Grand magistère : Même sens que pierre philosophale. On l'appelle aussi grand élixir de quintessence, ou encore grand élixir de teinture d'or.

Grand Œuvre : Cette expression désigne le but final des opérations alchimiques dont la première étape est la réalisation de la pierre philosophale. C'est donc l'opération qui aboutit à l'obtention de la pierre philosophale.

H

Harmonie : Sel ou acide qui s'accorde parfaitement avec les composants du magistère.

Hermaphrodite ou androgyne : Désigne le soufre et le mercure après la conjonction.

Hermétique : Qui vient des enseignements d'Hermès et plus particulièrement de l'interprétation d'un texte fondamental de l'alchimie : la Table d'émeraude.

Homéopathie : Système thérapeutique qui utilise à doses infinitésimales des produits obtenus par dilutions successives, par analogie avec l'alchimie. Créée et propagée par Samuel Hahnemann, médecin allemand (1755-1843).

Homme double igné : Expression de Basile Valentin désignant le sel double qui constitue le feu secret.

Homme et femme : Ils représentent le soufre et le mercure.

Homme et femme nus : L'or et l'argent impurs, donc non alchimiques.

Homme et femme enfermés dans un sépulcre : Ils représentent le soufre et le mercure dans l'œuf philosophique (voir cette expression).

J

Jupiter : Symbole de l'étain.

K

Kabbale : Système ésotérique fondé sur la lecture de la Bible, à partir de la tradition juive.

Kermès : Au sens propre, il s'agit d'une variété de chêne. Au sens philosophique, ce mot désigne la kermésite, minerai proche de la stibine (voir ce mot).

L

Laboratoire : Lieu où travaille l'alchimiste effectuant ses opérations physiques.

Laboureur : Celui qui œuvre, c'est-à-dire l'alchimiste.

Lait de vierge : Synonyme d'esprit de mai (voir cette expression).

Laiton : Littéralement, alliage de cuivre, de zinc, appelé également cuivre jaune. On y ajoute parfois d'autres métaux (fer, plomb, aluminium, etc.) En alchimie, état noir de la matière du Grand Œuvre, lors de sa putréfaction.

Lait virginal : Produit obtenu par la distillation du sang du lion vert (voir cette expression).

Licorne : Animal fabuleux ayant l'aspect d'un cheval blanc, porteur d'une longue corne en spirale. Symbole de la blancheur et des opérations alchimiques.

Lion : Symbolise le soufre et le fixe. Représente également la pierre philosophale.

Lion ailé : Symbolise le mercure et le volatil.

Lion verd ou lion viride : Symbolise le vitriol vert.

Litharge (en latin : lithargyrum) : Protoxyde de plomb fondu. En alchimie, désigne aussi la matière du Grand Œuvre parvenue au blanc pur.

Livre muet : Voir Mutus Liber.

Loup : Symbole de l'antimoine.

Lumière astrale : Lumière, ou influence, réfléchie par les astres. Par exemple, la lune reçoit les rayons du soleil, et les renvoie sur la Terre en lumière polarisée.

Lune : Symbole de l'argent, du mercure philosophique, du principe femelle et volatil.

Lune et soleil : La lune utilisée conjointement avec le soleil, représentent souvent les deux principes contenus dans la matière première.

Lut : Au sens propre, ciment utilisé pour faire des joints hermétiques aux divers récipients soumis à l'action du feu.

Luter avec le lut et la sapience : Faut-il comprendre cette expression comme l'obligation du secret sur le principe de la fermeture hermétique qu'utilisent les alchimistes, et dont la technique est reçue par initiation ?

M

Magistère : Ensemble des opérations qui amènent à la réalisation pratique de la pierre philosophale. C'est également l'opération alchimique réussie.

Magnésie végétale : Synonyme de matière première.

Maison du poulet : Synonyme de l'œuf philosophique.

Marcassite : Nom donné aux cristaux cubiques d'une pyrite de fer sulfuré, d'un jaune d'or, assez dur ; ces cristaux ont parfois été appelés bismuth.

Mariage : Conjonction soufre-mercure ; symbole de leur union.

Mariage devant un prêtre qui officie : Représente parfois le sel.

Mars : Symbole du fer et de la couleur orangée.

Matière : Minerai naturel contenant le soufre et le mercure.

Matière éloignée : Il s'agit du minerai brut, directement extrait de la mine.

Matière philosophique : Autre synonyme de la matière première.

Matière première, (en latin : materia prima) : Minerai naturel contenant en son sein le soufre, le mercure et le sel des philosophe. La nature de cette matière est un secret bien gardé. Selon l'expression du Cosmopolite, ce minerai comporte une gangue de soufre puant, qu'il faut ôter et qu'il ne faut pas confondre avec le soufre des philosophes.

Matière prochaine : Cette expression désigne la matière première après qu'elle ait subi la manipulation du premier œuvre.

Matras : Ballon de verre à long col.

Matrice : Vase à réaction pour les expériences cruciales.

Médecine universelle : C'est la pierre philosophale diluée. En arrêtant les opérations de l'œuvre au blanc, on obtient des médecines d'ordre inférieur. Également synonyme de d'élixir de longue vie.

Menstrue : Synonyme de dissolvant.

Mercure : Vif-argent du commerce. L'expression "notre mercure" peut désigner à peu près n'importe quoi, allant de la matière première au mercure philosophique. C'est parfois l'argent préparé pour œuvre.

Mercure de vie : Protochlorure de mercure.

Mercure des philosophes : C'est le corps femelle compris dans la matière première ; il en est extrait sous l'action du feu. Les alchimistes affirment que c'est un élément précieux.

Mercure philosophique : Appelé aussi second agent, c'est le sel extrait de la matière première sous l'action du feu secret.

Microcosme : Étymologiquement, petit monde. Les alchimistes l'utilisaient pour désigner le corps humain.

Minière des sages : Synonyme de matière première au stade de matière éloignée.

Montagne : Symbolise parfois le fourneau des alchimistes.

Mutus liber, ou livre muet : Ouvrage classique qui expose les différentes phases du Grand Œuvre, par une série de planches sans explication écrite. On le dit anonyme bien que l'auteur supposé en serait un certain Altus. Édité en 1677.

N

Neptune : Symbolise l'eau.

Nitrate naturel : Nom du salpêtre du Chili.

Nitre : Synonyme de salpêtre. Désigne également l'écume du verre dans le second degré du Grand Œuvre, lors de l'élixir parfait au rouge.

Noces chymiques : Mariage du soufre et du mercure des philosophes dans l'œuf philosophique.

Nostoc : Algue microscopique qui n'a rien à voir avec l'œuf philosophique mais qui, citée par quelques alchimistes comme moyen de comparaison, a induit nombre de chercheurs en erreur.

O

Occultisme : Connaissance des choses secrètes, des sciences mystiques, comme l'alchimie.

Œuf philosophique : Vase à col long où l'alchimiste mettait les produits devant réagir. Il chauffait l'œuf philosophique sur l'athanor. Désigne généralement le ballon de verre qui contient la matière philosophique au moment de la cuisson finale.

Œuvre : Ce mot peut désigner soit tout le magistère ; dans ce cas-là, on dit aussi le Grand Œuvre, soit l'une de ses parties. On distingue alors le premier œuvre qui amène la matière éloignée de la pierre au stade de la matière prochaine, le deuxième œuvre qui conduit au stade du rebis et le troisième œuvre qui se termine par la pierre philosophale.

Œuvre lunaire : Transmutation d'un métal en argent.

Œuvre métallique : Transmutation d'un métal en or.

Œuvre végétale : Voir Petite circulation.

Oiseaux s'élevant dans le ciel : Ils représentent la volatilisation, la sublimation.

Oiseaux descendant vers la terre : Ils représentent la condensation.

Oiseaux opposés à des animaux terrestres : Ils symbolisent l'air.

Opératif : Alchimiste qui travaille au magistère dans son laboratoire.

Opus majeur : Voir Grande circulation.

Opus mineur : Voir Petite circulation.

Or : Le soufre de la matière première. Désigne également le principe de la sagesse.

Or alchimique : Il s'agit d'un métal transmuté en or, et qui est indiscernable de l'or naturel car ce corps n'a qu'un seul isotope stable.

Oratoire : Laboratoire de l'alchimiste où il travaille en communion avec le Créateur. Ses opérations spirituelles l'aident à se transmuter lui-même.

Or des sages : Désigne soit le soufre de la matière première, soit la matière éloignée.

Or hermétique : Synonyme d'or alchimique.

Or philosophique : Désigne en général la matière première ou l'un de ses composants. Est parfois synonyme d'or des sages. On nomme également ainsi le ballon de verre qui contient la matière pour la cuisson finale.

Orpiment : Sulfure naturel d'arsenic, de couleur jaune vif, qui a souvent été pris à tort pour la matière première de l'œuvre. Désigne également le soufre des philosophes contenu dans le mercure.

Or potable : Médicament découvert par Paracelse. Il consiste en de l'or alchimique dissout qui permet à celui qui l'absorbe de prolonger son existence.

Or vulgaire : Il s'agit du métal de commerce.

Ouroboros : C'est le serpent qui se mord la queue. Symbole du grand œuvre alchimique, il traduit l'unité de la matière.

Oxydé : Qualifie parfois un état de la matière du Grand Œuvre au début de l'opération conduisant à l'apparition du rebis.

P

Particulier : Qualifie un procédé qui permet de transmuter directement les métaux en or sans passer par la confection de la médecine universelle, d'où son nom. Basile Valentin enseigne dans ses ouvrages un de ces procédés.

Pélican : Symbolise la pierre philosophale.

Pentacle : Figure géométrique, accompagnée de figures magiques.

Petite circulation ou opus mineur : Autre nom de l'œuvre ou de la voie végétale.

Petit magistère : Substance permettant la transmutation des métaux vils en argents. Désigne parfois l'opération de cette transmutation.

Phénix ou Phœnix : Symbolise la couleur rouge. Désigne aussi la pierre philosophale. Renaissant de ses cendres, cet oiseau symbolise également l'immortalité alchimique.

Philosophe du feu (en latin : Philosophus per ignem) : C'est-à-dire l'alchimiste.

Philosophe hermétique : Cette expression désigne celui qui connaît la théorie du magistère. Également synonyme d'alchimiste et d'adepte.

Pierre d'Égypte : Se dit parfois pour la pierre philosophale.

Pierre des philosophes : Synonyme de matière première.

Pierre philosophale : Désigne le produit terminé de l'œuvre alchimique. Appelée aussi or alchimique, c'est un composé qui permet de transmuter en or les autres métaux. Agit la plupart du temps comme un catalyseur et seules quelques traces infimes, ou des grains, de cette substance suffisent pour réaliser le Grand Œuvre.

Pomme d'or : Désigne parfois le soufre.

Poudre de projection : Ce corps est obtenu par la fermentation de la pierre philosophale avec le métal qu'on désire obtenir, en général de l'or.

Premier agent : Synonyme de feu secret.

Préparation des ténèbres : Opération dans l'œuf philosophique avant d'entreprendre le Grand Œuvre.

Prison : Synonyme d'œuf philosophique hermétiquement clos.

Pyrite de fer : Minéral naturel de sulfure de fer.

Q

Queue de paon : Cette expression désigne une succession de couleurs qui apparaissent au cours d'un des régimes de la coction, c'est-à-dire au cours de la cuisson.

Quintessence : Ce mot a plusieurs significations. Il peut désigner le radical métallique obtenu après dissolution. Il peut être employé comme synonyme de l'œuvre au rouge. Il peut s'appliquer à une substance sanguine qui apparaît au cours de la coction. La quintessence (la cinquième essence : l'esprit) est aussi le produit de la transmutation.

R

Réalgar : Sulfure rouge d'arsenic.

Rebis (du latin Resbina : chose double) : Synonyme d'hermaphrodite. C'est la substance double qui provient des deux premiers œuvres, et cuits au cours du troisième à l'intérieur de l'œuf philosophique.

Régimes de Philalèthe : Ce sont sept régimes qui désignent la succession des températures qu'il faut appliquer à l'œuf philosophique pendant la coction. Désigne également le premier degré de l'opération du Grand Œuvre où la matière s'oxyde.

Régule : Principe du composé philosophique de soufre et de mercure.

Retorte : Sorte de cornue.

Roi et reine : Même signification que homme et femme.

Rose : Désigne souvent la couleur rouge.

Rose blanche avec rose rouge : Le fixe et le volatil, le soufre et le mercure.

Rose-croix : Ordre initiatique qui passe pour avoir été fondé par l'alchimiste, plus ou moins légendaire, Christian Rosenkreutz.

Rosée de mai : Il s'agit de la rosée des champs, qui doit être ramassée en mars et avril, et servie en mai. Les alchimistes l'utilisent pour produire l'esprit astral.

Roue : Roue élémentaire des sages, c'est-à-dire la révolution solaire d'une année.

S

Safran : Se dit de quelques préparations faites avec du fer et de l'antimoine.

Safran de Mars : Désigne la carbonate de fer.

Safran de métaux : Oxysulfure d'antimoine lavé et réduit en poudre.

Safran de Vénus : Désigne le carbonate de cuivre.

Salamandre : Symbole du feu. Désigne parfois la couleur rouge ou blanche.

Salpêtre : Nitrate de potasse.

Sang du lion rouge : En opus mineur, préparation de la matière avec le lait virginal pour obtenir la médecine du second ordre.

Sang du lion vert : En opus majeur, liqueur de la sève décantée dans l'obscurité, le plus tôt possible après la cueillette des plantes qui sont rapidement broyées. S'utilise pour obtenir la médecine du premier ordre.

Saturne : Symbole du plomb. Désigne la couleur noire et la putréfaction.

Savon des sages : Azoth utilisé dans la préparation de la matière du Grand Œuvre.

Sceau d'Hermès : Synonyme de fermeture hermétique. Désignerait, car le secret est bien gardé, un liquide huileux qui surnage le compôt et empêche la pénétration de l'air.

Sceller l'aludel : Fixer le mercure.

Second agent : Synonyme de mercure philosophique.

Sel : C'est le trait d'union qui relie le soufre au mercure des philosophes. Avant Basile Valentin et Paracelse, on appelait souvent le sel arsenic, ou on le passait sous silence. C'est le nom symbolique d'un des trois principes alchimiques, à ne pas confondre avec ses homonymes, le sodium actuel. Principe médiateur entre le soufre et le mercure.

Sel armoniac des philosophes : Matière du Grand Œuvre pendant sa sublimation.

Sel de mer : Le sodium actuel.

Sel de Saturne : Acétate de plomb cristallisé.

Sel des philosophes : Nom symbolique du mercure.

Sel de terre, de verre, fleuri, honoré : Autres noms symboliques du mercure.

Sépulcre : Synonyme d'œuf philosophique.

Serpent : Même signification que le dragon. Les deux serpents du caducée représentent le soufre et le mercure. Quand il s'agit d'un ensemble cryptographique de trois serpents, il représente les trois principes.

Serpent ailé : Symbolise le volatil.

Serpent crucifié : Représente la fixation du volatil.

Serpent qui se mord la queue, ou l'ouroboros : Représente l'unité de la matière.

Serpent sans aile, ou aptère : Symbolise le fixe.

Soleil : Synonyme de l'or. Désigne parfois l'or préparé pour l'œuvre.

Soleil avec lune : Employés ensemble, ils désignent souvent les deux composants de la matière première.

Solve et coagula : Locution latine résumant la plupart des manipulations du magistère car on dissout les corps et on coagule les esprits volatils pendant les deux premiers œuvres. (Voir également Spagyrie)

Souffleur : Faux alchimiste qui essaye de transmuter les métaux en or par n'importe quel moyen et dans l'unique but du profit. La chimie actuelle est née de leurs recherches désordonnées qui leur firent découvrir de nombreux corps nouveaux.

Soufre : C'est le principe mal compris de la matière première. Nom symbolique d'un des trois principes alchimiques. Ne pas le confondre avec le corps simple de même nom des chimistes modernes qui est un minéral d'un jaune clair, vif, inflammable, et qui exhale en brûlant une odeur.

Soufre des philosophes : Ainsi précisé pour le distinguer du soufre qu'utilise la chimie. Principe actif que l'alchimiste trouve dans toute matière.

Spagyrie : Mot créé par Paracelse pour désigner l'art de faire des préparations médicinales ou chimiques en se servant des techniques alchimiques. Ce mot est formé par la conjonction de deux racines grecques : spâr, extraire ou arracher, et ageirein, rassembler. A sans doute été forgé pour caractériser les deux opérations opposées et complémentaires de l'alchimie : solve et coagula (voir cette expression latine).

Sphère : Autre symbole, avec l'ouroboros, de l'unité de la matière.

Squelette : Représente parfois la putréfaction, la couleur noire.

Stibine : Sulfure naturel d'antimoine. Principal minerai servant à la fabrication de l'antimoine.

Sujet des sages : Autre appellation de la matière première sur laquelle l'alchimiste concentre toute sa ferveur spirituelle.

Sulfate : Sel de l'acide sulfurique. Les alchimistes appelaient ces sels le vitriol (voir ce mot).

T

Table d'émeraude, en latin Tabula Smaragdina : Texte court mais fondamental des alchimistes, qui aurait été gravé sur une plaque d'émeraude par Hermès Trismégiste.

Tarot  : Jeu d'origine inconnue, pratiqué en France sous Charles VI, qui serait la synthèse de l'astrologie, de la kabbale et de l'alchimie. Il comporte 22 arcanes majeurs des 56 lames mineures. À chacun des 22 arcanes est associée une indication alchimique susceptible d'aider l'adepte.

  1 - Le Bateleur : Dieu, la force, le principe mâle.

  2 - La Papesse : Matière première, mercure, initiation.

  3 - L'Impératrice : Principe médiateur, sel, mouvement.

  4 - L'Empereur : Vie, naissance, lumière astrale.

  5 - Le Pape : Quintessence, intelligence universelle.

  6 - L'Amoureux : Les 4 éléments ou analogie des contraires.

  7 - Le Chariot : Le fixe et le volatil.

  8 - La Justice : Hydrogène et feu.

  9 - L'Ermite : Oxygène et air.

10 - La Roue de la fortune : Azoth et eau.

11 - La Force : Carbone et terre.

12 - Le Pendu : Vitriol.

13 - La mort : Semences métalliques en contact.

14 - la Tempérance : Matière et couleur verte.

15 - Le Diable : Couleur noire de la matière.

16 - La Maison-Dieu : Commencement du blanc.

17 - Les Étoiles : La couleur blanche établie.

18 - La Lune : Couleurs variées du jaune au rouge brun.

19 - Le Soleil : Couleurs de l'iris.

20 - Le Jugement : Couleur rouge.

21 - Le Monde : La pierre philosophale, l'or alchimique.

22 - Le Mat : Ferment de la pierre.

Dans les lames mineures, les rois et les reines représentent les métaux. Les rois de bâton ou sceptre sont l'or ; les dames représentent le plomb. Les rois d'épée sont le mercure ; les dames représentent l'étain. Les rois de deniers sont le cuivre ; les dames représentent le zinc. (cf. les ouvrages de Papus)

Teinture d'or, en latin Aurantiorium : Teinture illuminant les corps. Littéralement, liquide qu'on obtient en versant une huile volatile dans une dissolution de chlorure d'or. En alchimie, synonyme de pierre philosophale. Désigne aussi le soufre sublimé de couleur or ; et également, une substance très pure qui s'emploie aux divers degrés du Grand Œuvre.

Terre : Un des quatre éléments. L'expression "notre terre" désigne en général la matière première.

Terre feuillée : État noir de la matière du Grand Œuvre dès son extraction de la minière des métaux.

Toison d'or : Autre synonyme de la pierre philosophale.

Transvasement : Passage du mode philosophale au mode des sages.

Travaux d'Hercule : Travaux préliminaires du premier degré, qui consistent à nourrir la matière première avec la sève et à la brûler pendant des mois avec de la rosée de mai.

Triangle : Symbole des trois principes des métaux.

V

Vaisseau : Synonyme de vase. Ce mot désigne le récipient, généralement en verre ou en poterie, qui contient la matière philosophique ; ce peut être une cornue, un matras, un ballon.

Ventre de la mère : Autre nom de l'œuf philosophique.

Vénus : Symbole du cuivre.

Vieillard : Cette expression désigne la minière des sages, le père des métaux.

Vif-argent : Ancien nom du mercure en tant que métal liquide.

Vitriol : Aucun rapport avec le sel qui porte ce nom. Il s'agit du dissolvant philosophique, ainsi désigné dans l'œuvre de Basile Valentin. En tant que formule consacrée par l'hermétisme, VITRIOL sont les initiales des sept mots latins de la phrase suivante : Visita Interiora Terroe Rectificando Invenies Occultum Lapidem (Visite les parties intérieures de la terre, par rectification, tu trouveras la pierre cachée).

Vitriol blanc : Sulfure de zinc.

Vitriol bleu : Sulfure de cuivre.

Vitriol vert : Sulfure de fer.

Voie : Trois voies permettent d'accomplir le magistère philosophique, une appelée voie brève, une autre humide, et la dernière sèche. Elles varient à la fois par leur durée, leurs difficultés et par les manipulations qu'elles supposent.

Voie métallique : Voir Grande circulation.

Voie végétale : Voir Petite circulation.

Volatil : Partie de la matière susceptible de se réduire en gaz ou en vapeur, par l'action de la chaleur.

Vulcain : Symbole du feu, représenté souvent par un homme boiteux.

Vulcain lunatique : Synonyme du feu secret.

Z

Zinc : Nom donné par Paracelse à un métal qu'il a trouvé, combiné avec le soufre dans la blende. Désigne aussi le mélange de métaux qui ne sont pas à l'état de maturité.

 

Opérations alchimiques

 

A

Ablution : Littéralement, purification religieuse qui consiste à se laver le corps ou une partie du corps. En alchimie, lavage igné de la matière laissant couler une onde obscure, puante et vénéneuse, dont la fumée, épaisse et volatile, est extrêmement toxique. Cette eau, qui a pour symbole le corbeau, ne peut être lavée et blanchie que par le feu. L'eau quitte alors sa coloration noire et prend une couleur blanche.

Agglomération : Littéralement, action de réunir étroitement. Opération utilisée surtout en alchimie.

Animation : Littéralement, opération par laquelle est donnée la vie à une substance organique. En alchimie, l'animation est imagée par le combat de l'aigle et du lion. C'est aussi l'opération par laquelle les rayons assemblés et concentrés de ce double feu, colorent et animent un corps pur, diaphane, clarifié, régénéré. L'animation de l'or signifie la vitalisation symbolique de l'arbre sec. En d'autres termes, il s'agit de réveiller le volatil par le mélange de la rosée du mois de mai.

Ascension : Littéralement, action de s'élever. En alchimie, action de l'esprit, du subtil qui s'extrait du mercure des sages.

Assation : Terme souvent remplacé par calcination. Action de réduire la matière en la chauffant jusqu'à ce que, ayant atteint la putréfaction, elle se dissolve en poudre plus menue que les atomes du soleil pour se changer en eau permanente.

Attraction : Littéralement, force naturelle qui attire. En alchimie, opération par laquelle on fait se réunir divers corps naturels pour constituer la matière première. Un terme analogue qui lui est souvent associé est la trituration (voir ce mot).

Augmentation : Littéralement, action d'accroître. En alchimie, opération qui consiste à créer un dépôt de sablon qui, après diverses manipulations, donne une poudre amorphe. L'augmentation s'effectue lors de la seconde liquéfaction du corps coagulé.

C

Calcination : Littéralement, opération qui consiste à soumettre une matière à une température élevée. En alchimie, terme générique d'opérations analogues à divers stades de l'œuvre, indiquant que tous les lavages sont ignés, c'est-à-dire que toutes les purifications conduisant à la dissolution, se font dans le feu, par le feu et avec le feu.

Selon que ces confections sont changées et réduites en poudre, certains ont appelé cette action de calciner : dénudation, séparation, trituration, assation (voir ces termes). Quand elles sont réduites en matière première, elles sont également appelées : mollification, extraction, commixtion, liquéfaction, conversion d'éléments, subtiliation, division, humation, impastation et distillation, parce que les confections sont liquéfiées, réduites en semence, amollies et se circulent dans le matras. Quand la matière devient noire et aqueuse, et que les natures se mêlent parfaitement et retiennent les unes des autres, on dit aussi : xir, putréfaction, corruption, ombres comédiennes, gouffre, enfer, dragons, génération, ingestion, submersion, complexion, conjonction et imprégnation. (Voir la plupart de ces termes).

Cémentation : Littéralement, opération qui consiste à chauffer une pièce métallique au contact d'un cément afin de conférer à cette pièce des propriétés particulières, par diffusion d'un ou de plusieurs éléments du cément soit en surface, soit dans toute la masse. La cémentation, pratiquée aussi bien par l'alchimiste que par l'archimiste, peut être effectuée pour l'argent et pour l'or.

Cibation : Littéralement, opération chimique qui consiste à rendre une substance plus consistante. Synonyme parfois d'affermissement. C'est l'opération par laquelle l'alchimiste nourrit la matière première.

Coagulation : Phénomène par lequel un liquide organique se prend en une masse solide ou coaguleuse. Dans cette opération, l'alchimiste intègre le volatil à la matière première.

Coction : En général, opération qui prépare la matière première à l'aide du feu naturel. Cuisson de la matière philosophique dans l'athanor afin de le rendre capable de multiplication. La coction s'effectue lors de la troisième opération, la plus floue quant à sa description dans les ouvrages d'alchimistes. En fait la coction est un terme générique qui s'applique surtout à un certain nombre d'opérations réalisées avec le mercure philosophique. Ce dernier étant le sel extrait de la matière première, la coction se situe à partir du régime de Jupiter, d'après Philalèthe.

Cohobation : Terme générique incluant des distillations successives qui concentrent un produit, à l'occurrence le mercure philosophique, afin qu'il acquière peu à peu une consistance solide.

Combinaison : Littéralement, union de plusieurs corps simples donnant un corps composé. L'archimiste l'utilise pour former des alliages et des métaux qui, de toute façon, conservent leurs qualités spécifiques malgré les propriétés diverses qu'ils effectuent à l'état d'association. Toutefois, l'alchimiste parle de la volatilisation régulière du fixe et de sa combinaison avec le volatil pour donner le mercure philosophique.

Commixtion : Terme souvent remplacé par calcination. Mélange intime de plusieurs choses différentes.

Concentration : Littéralement, action de rassembler, de réunir en un centre. En alchimie, rassemblement de l'esprit céleste, du feu solaire par le feu secret qui est le principe igné, matériel et spirituel.

Condensation : En alchimie, action de rendre plus dense l'esprit métallique dans une enveloppe cohérente, tenace et réfractaire et cela, à un stade déjà avancé de l'œuvre.

Conjonction : Terme souvent remplacé par calcination. Union du soufre et du mercure, après de multiples purifications.

Corruption : Opération amenant la matière première à l'état extrême de putréfaction, et où elle prend cette couleur noire dite aussi aile de corbeau. Elle précède l'œuvre au blanc. Synonyme de calcination.

Coupellation : Opération par laquelle on sépare, par oxydation, l'argent des autres métaux dans lesquels il est uni, excepté de l'or.

Cuisson : Opération par laquelle la matière prochaine est soumise dans des vases à des températures élevées. Elle aboutit à la fabrication de l'argent, mais également à la production de l'or.

D

Décomposition : Séparation d'un corps en ses éléments.

Dénudation : Littéralement, état de ce qui est mis à nu. En alchimie, ce terme est souvent remplacé par calcination.

Descension : Littéralement, action de descendre. En alchimie, opération par laquelle est fixé le volatil.

Digestion : Littéralement, transformation des aliments dans l'appareil digestif. Par analogie, en alchimie, cette opération consiste à extraire certains principes de la matière première à l'aide d'un liquide, souvent un acide, à une température plus élevée que celle de l'atmosphère.

Dissolution : Littéralement, action de dissoudre une substance dans un liquide ; séparation des parties d'un corps par voie de décomposition. En alchimie, cette opération commune est souvent remplacée par calcination. Opération par laquelle le corps métallique se dissout dans l'eau vive pour en extraire la quintessence.

Distillation : Littéralement, opération consistant à vaporiser partiellement un liquide et à condenser les vapeurs formées pour les séparer. En alchimie, opération par laquelle le volatil est séparé du fixe, au moyen et dans des vaisseaux clos. Ce terme est parfois remplacé par calcination.

Division : Littéralement, action de séparer en parties distinctes. En alchimie, ce terme est souvent remplacé par calcination.

E

Exaltation : Littéralement, action d'élever à un plus haut degré de mérite. En alchimie, opération par laquelle est augmentée la couleur normale de l'or pur, en le surchargeant de teinture (du soufre de cuivre) qui fournit au métal précieux son propre sang par une sorte de transfusion chimique.

Extraction : Si en métallurgie, c'est l'opération par laquelle on tire les métaux de la terre ou de la mine, en chimie, l'extraction consiste à séparer une substance quelconque du composé dont elle fait partie. Les alchimistes, qui n'ont généralement pas à utiliser l'extraction pour l'élaboration du Grand Œuvre, connaissent ce procédé ayant pour objet l'extraction de l'un des radicaux métalliques, soufre et mercure. La technique archimiste est à proprement parlé celle qui utilise la cohobation (voir ce mot). Certains ne voient dans l'extraction que la simple recherche de matière première.

Exubération : Opération par laquelle la matière première, grâce à la fermentation, est prête à se transformer en pierre philosophale.

F

Fermentation : Littéralement, réaction spontanée qui s'opère dans un corps organique par la seule présence du ferment, lequel n'emprunte ni ne cède au corps qu'il décompose. En alchimie, opération par laquelle de l'or ou de l'argent est inclus comme ferment dans la pierre philosophale, ou la médecine universelle, pour obtenir la poudre de projection.

Fixation : Littéralement, opération qui consiste à rendre solide un corps liquide ou gazeux. En alchimie, opération essentielle de l'œuvre par laquelle on volatilise le mercure et le mute partiellement en soufre fixe.

Fructification : Littéralement, formation du fruit. En alchimie, phase qui suit la floraison.

Fusion : Littéralement, passage d'un corps solide à l'état liquide, sous l'action de la chaleur. En alchimie, cette opération peut être décrite comme synonyme de liquéfaction ou de dissolution ; mais également comme la réunion ou la combinaison de plusieurs parties pour n'en former qu'une seule.

H

Humation : Terme souvent remplacé par calcination.

I

Imbibition : Opération qui consiste à humecter, à arroser peu à peu, à mettre en digestion, avec une faible quantité d'eau, un dissolvant hermétique, de matière prochaine réduite en poudre fine pour obtenir la pierre philosophale.

Immersion : Littéralement, action de plonger un corps dans un liquide. En chimie, autre mot mis pour calcination immersive, l'épreuve qui fait de l'or et de l'eau forte.

Impastation : Terme souvent remplacé par calcination. Littéralement, réduction d'une substance quelconque à l'état de pâte.

Inquartation : Opération archimique par laquelle on ajoute à l'or allié au cuivre, et qu'on veut faire passer à la coupelle, trois fois environ son poids d'argent.

L

Lévigation : Opération par laquelle on obtient diverses substances sous forme de poudre impalpable.

Liquation : Littéralement, séparation l'une de l'autre des substances hétérogènes liquéfiées. En métallurgie, opération qui consiste à séparer, à l'aide du plomb, l'argent contenu dans le cuivre, le plomb ajouté au minerai facilitant la fusion du cuivre qui se sépare ainsi de l'argent moins fusible. Spécifique, semble-t-il aux archimistes.

Liquéfaction : Littéralement, état de ce qui est liquide. En archimie, terme souvent remplacé par calcination.

Lixiviation : Opération par laquelle on épuise une substance quelconque de ses principes solubles en faisant passer à travers de haut en bas, un liquide susceptible de les dissoudre.

M

Macération : Littéralement, opération qui consiste à faire tremper dans un liquide un corps pour en extraire les produits solubles. En alchimie, la macération a pour but, tout comme la digestion, d'extraire certains principes de la matière première à l'aide d'un liquide, souvent un acide, mais à la température atmosphérique.

Maturation : Littéralement, ensemble des phénomènes ou des opérations tendant à faire arriver au plein développement une substance organique. En alchimie, opération par laquelle est vieilli l'or archimique, ou l'or jaune, par contraction, afin de le densifier. On dit aussi affermissement (voir ce mot). Terme souvent remplacé par calcination.

Mollification : Littéralement, opération par laquelle on rend une substance plus molle et fluide. En alchimie pourtant, ce terme est souvent remplacé par calcination.

Multiplication : Littéralement, augmentation en nombre. En alchimie, dernière phase du magistère qui sert à augmenter la puissance de la pierre philosophale. Il s'agit, en fait, d'une nouvelle coction. Terme souvent remplacé par calcination.

P

Projection : Littéralement, en chimie, action de jeter par cuillerées, dans un creuset sur des charbons ardents, une matière en poudre qu'on veut calciner. En alchimie, effectuer la fermentation.

Purgation : Littéralement, action de purger, de nettoyer, En alchimie, synonyme de purification.

Purification : Littéralement, action de débarrasser une substance quelconque de toutes les matières qui lui sont étrangères. En alchimie, terme parfois remplacé par calcination. C'est également l'opération qui consiste à séparer le feu de la matière.

Putréfaction : Littéralement, décomposition que subissent, sous l'influence de certaines conditions de chaleur et d'humidité, tous les corps organisés quand leur vie s'est éteinte. En alchimie, synonyme de calcination

R

Réduction : Littéralement, opération par laquelle on enlève l'oxygène à un corps qui en contient.

Régénération : Opération par laquelle une substance organique est soit améliorée dans ses qualités, soit rétablies dans ses fonctions originelles.

Réincrudation : Littéralement, opération qui aurait pour résultat de faire retrouver au métal son état primitif. En alchimie, cette opération consiste à donner au soufre, principe fixe, une qualité volatile sans laquelle sa réunion au mercure deviendrait impossible.

Réverbération : Littéralement, réflexion de la lumière ou de la chaleur. En alchimie, c'est la réflexion de la chaleur que produit la partie intérieure haute de l'athanor, afin que la chaleur soit uniformément répartie.

S

Séparation : Opération essentielle, citée par Hermès Trismégiste, par laquelle l'alchimiste dégage le volatil du fixe. Terme souvent remplacé par calcination.

Sigillation : Opération au cours de laquelle apparaissent les signes (sceaux) marquant les phases de l'œuvre.

Solidification : Littéralement, passage d'un corps de l'état liquide à l'état solide. En alchimie, opération par laquelle le volatil est mélangé au fixe.

Solution : Littéralement, mélange homogène de plusieurs liquides ou de plusieurs solides. En alchimie, opération qui s'effectue à plusieurs stades de la réalisation de l'œuvre, et dont la plus commune dans les ouvrages d'alchimistes est la phase correspondante à la couleur blanche, c'est-à-dire celle d'une matière totalement purifiée.

Sublimation : Littéralement, action de transformer un corps solide en vapeur sans passer par l'état liquide. En archimie, opération délicate par laquelle est extrait le soufre métallique. En alchimie, opération effectuée un grand nombre de fois avant qu'intervienne la coction.

T

Transmutation : Littéralement, changement d'une chose en une autre. En alchimie, opération qui consiste à changer un métal en un autre, généralement du plomb, en argent ou en or. Pour la science actuelle, la transmutation alchimique n'est réalisable qu'avec les moyens de la physique moderne, donc coûteux et sophistiqués.

Trituration : Littéralement, opération par laquelle une substance est réduite en poudre en la broyant dans un mortier. En alchimie, la trituration philosophique est la calcination de la matière des sages lorsque apparaît l'aile de corbeau (voir cette expression). Terme souvent remplacé par calcination.

V

Végétation : Nom donné à certaines productions chimiques, parce qu'elles ont quelques ressemblances avec les plantes. La végétation de l'amalgame d'argent s'appelle arbre de Diane, celle du fer, arbre de Mars. Le mercure commun, joint à quelques corps fixe, rend la matière philosophique volatile, vivante, végétative et fructifiante. Il se nomme alors le mercure des sages.

Vitalisation : Opération par laquelle l'alchimiste donne une impulsion vitale à la matière première. À un autre stade de l'œuvre, la vitalisation symbolique de l'arbre sec se dit animation de l'or.

Volatilisation : Opération qui consiste à transformer un corps solide en gaz ou en vapeur.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ninon 04/03/2018 00:27

Merci beaucoup

Matthieu 28/11/2017 23:36

Gros et joli travail Yann !