Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Yann Leray


La première grande étape sur le Chemin de l’ésotérisme est de parvenir à se présenter et à frapper à la Porte du Temple mais celle-ci ne s’ouvre que si celui qui se présente est un Connaissant libre. 
Les connaissances que l’homme peut acquérir ne sont pas toutes de même nature ni de même valeur. Dans une première étude nous pouvons séparer les connaissances en deux catégories. La première comprend celles qui proviennent de l’étude de la nature. Ce sont des connaissances réelles qui ne changent pas, si elles résultent d’études correctement menées. Les Alchimistes disent : les connaissances « fixes ». Ainsi sont les connaissances acquises par la physique, la chimie, l’alchimie, l’astronomie, l’astrologie, etc. Dans ce domaine, l’homme est sans action sur les lois apprises. Il ne peut les utiliser qu’en s’y soumettant. On ne domine la Nature qu’en lui obéissant. 
Par contre, il existe une deuxième catégorie de connaissances qui résultent des conventions humaines, comme le droit, bien que celui-ci soit, ou s’efforce d’être, une image du principe d’équilibre général de la nature. Mais ces connaissances transmises par les coutumes, le domaine social, même la plus grande partie des dogmes religieux, ne sont que des connaissances artificielles créées par l’homme et qu’un changement de société ou de religion modifie. Il est très utile de réfléchir à ceci car notre super-conscient ne peut accepter de recevoir des éléments de connaissances contraires aux lois de la nature. Les conventions humaines le concernent peu ou pas et il est donc inutile, ou à peu près, de tenter de les lui transmettre, sauf pour un petit point d’éthique, celui qui concerne notre attitude par rapport à la société où nous sommes. 
Seul l’Initié est un être libre. La liberté physique dépend de la société dans laquelle nous vivons et de la situation que nous y avons. Mais la véritable libération est obtenue par un nettoyage mental. Dans le cadre de la vie courante, beaucoup de personnes s’interdisent des comportements ou se refusent des satisfactions, simplement parce qu’elles sont obnubilées par de fausses valeurs qui ont imprégné leur conscience physique. Cette imprégnation résulte de coutumes sociales, de dogmes religieux ou même de lois civiles qui n’ont aucun rapport avec les principes de la nature ou les structures de l’homme. Aussi, assiste-t-on à des blocages mentaux. 
Chacun doit nettoyer en lui tout ce qui gêne l’élargissement de ses points de vue, de sa tolérance, de sa générosité de cœur. Il ne faut, en aucun cas, être amoureux de ses idées. Il faut comparer la nouveauté avec ce que l’on a et choisir ce qui nous semble le meilleur. Il faut savoir abandonner les concepts périmés.

Jean Dubuis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article